Exploration (boueuse) de l’hypocauste

A notre arrivée, l’hypocauste des thermes romains, partie souterraine des bains permettant la chauffe des bassins, était inondé sur une hauteur de 60 cm environ.  Il s’agissait, pour en assurer l’accès, d’évacuer l’eau. Après demande auprès des services municipaux, des pompiers, de l’armée, ce furent les bénévoles de l’association « eau et fontaines » de Moissac qui nous apportèrent l’aide et la pompe nécessaires à la tâche. Après plusieurs heures de pompage le 1er jour, lundi 9 juillet, le niveau avait déjà beaucoup baissé. Mais ce ne fut que le lendemain, après un nouveau pompage suite au relèvement du niveau de l’eau dans la nuit, que l’accès fut tout à fait possible pour permettre une exploration plus précise et le relevé de l’hypocauste.

L’exploration s’est faite en 2 temps : le caldarium – pièce chaude – d’abord, tépidarium – pièce tiède – ensuite. Dans le caldarium,elle a permis de découvrir des extensions de l’hypocauste au-delà des murs de l’église actuelle. Une extension vers le sud, sous le bassin qui a été mis au jour la semaine précédente par les archéologues du secteur 2 ; et une autre extension vers l’est, au-delà d’un arc bouché visible au niveau supérieur. Ces extensions ont permis de confirmer une 1ère hypothèse émise lors de la fouille du niveau de sol actuel de l’église : les emplacements où l’on avait trouvé du marbre plaqué contre les murs correspondaient effectivement aux accès des bassins. Dans l’hypocauste, 2 ouvertures permettent la communication entre le module principal et les extensions des bassins. Dans le tépidarium, une extension semi circulaire  prolonge l’hypocauste vers le nord, au-delà du mur de l’église. Ce mur est marqué par un ressaut sur lequel est plaqué un système de briques creuses très endommagé.

Les relevés n’ont concerné ce jour, mardi 10 juillet, que la partie de l’hypocauste correspondant au caldarium. Les niveau d’eau et l’encombrement de l’espace par la boue n’ont pas permis un relevé complet et extrêmement précis de l’ensemble. Il s’agirait de vider cette partie de l’hypocauste lors d’une campagne future afin de pouvoir établir un plan fiable et dégager l’accès au mur nord. Le plan réalisé a toutefois permis  d’apprécier les nombreuses approximations des plans anciens. De même, il a révélé les décalages dans l’alignement des piles et l’adaptation des alternances aux ouvertures des bassins et la profondeur de ceux-ci. L’hypothèse du foyer situé au nord du mur est n’a pas pu être vérifiée à cause du remblai et des boues à cet endroit. Le plan de la partie du tépidarium sera fait demain. Les principales difficultés des opérations, outre les boues et l’eau résident en la puanteur des lieux et à la hauteur du plafond – 1 m 20 environ.

Julien Foltran


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *