Un nouveau caveau dans la nef de l’église ?

À l’intérieur de l’église un probable caveau de briques commence à être mis au jour. Pour le moment, seules deux assises  sont visibles et les contours restent incertains. Ce dernier se situe juste à côté d’un aménagement des Monuments Historiques établi dans les années 1960 pour pomper l’eau de l’hypocauste.

Parallèlement à ce travail de dégagement, il a aussi fallu faire des photographies de trois trous se trouvant près du seuil d’une ancienne porte permettant le passage du frigidarium au caldarium. Leur signification nous étant encore inconnue, cet enregistrement nous permettra de conserver toutes les données utiles à leur future interprétation.

Et dans le chœur, la partie donnant sur les anciens bassins du tepidarium et du caldarium étant achevée d’être fouillée, une série de photographies sous différents angles montrant le travail accompli ces deux dernières semaines et les rapports entre le sol et le bâti.

 

À l’extérieur dans le cimetière, d’une part, une nouvelle limite de secteur a pu être attestée grâce à la fouille minutieuse d’une sépulture par Mathilde, étudiante en Anthropologie biologique. Après les questionnements liés à la stratigraphie, place au démontage raisonné de l’individu. Voici quelques propos recueillis auprès de Mathilde qui nous éclairent quant à la compréhension de cette sépulture et de son contexte : « c’est une sépulture qui a été recoupée. Les os sont plutôt graciles, ce qui pourrait nous faire penser à une femme, mais sans pouvoir l’attester car le bassin est manquant. On a trouvé une épingle au-dessus de la clavicule droite mais aucun clou, et le squelette semble avoir été déposé dans un contenant étroit ou un linceul. Il a été déposé face vers le ciel, puis lors de la décomposition la tête a subi un basculement vers la droite. »

Et d’autre part, le dégagement du mur est du bassin du caldarium a débuté. Une hypothétique sépulture semble avoir été mise au jour. De plus, la limite est de ce bassin a pu être trouvée révélant que le mortier de couleur rouge se poursuit dans cette zone, mais pour l’instant aucune trace du dallage de marbre de ce côté.

Alors que la fin du chantier approche, Saint-Martin semble encore loin d’avoir révélé tout son potentiel…

Marie Buczaga


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Billets. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">