Fin de la campagne de fouilles

Du 23 au 26 juillet, nous sommes restés en petit groupe afin d’effectuer les derniers relevés,  fouiller les quelques secteurs restants, puis nettoyer les zones de fouille intérieures et extérieures, avant de tout bâcher.

Nous avons dans un premier temps dessiné les pilettes de l’hypocauste situées sous le mur sud du chœur, brique par brique,  non sans mal dans l’obscurité, et le peu d’espace du « couloir » aménagé par les services des Beaux-Arts dans les années 1950. Pour pouvoir circuler dans cette salle, construite pour véhiculer l’air chaud (et non les archéologues), ces derniers avaient dû détruire toute une rangée de pilettes pour pouvoir se frayer un chemin. Il était extrêmement difficile de passer entre deux rangées, situées à environ 40 cm l’une de l’autre.  Nous l’avons donc réemployé pendant la campagne de fouille pour établir un plan de cet hypocauste, et dans les derniers jours pour relever les pilettes, et compléter le relevé du mur sud du chœur, des fondations jusqu’au toit.

Les dessins suivants ont concerné le sol du chœur, la suspensura, sol antique placé au dessus de l’hypocauste.

Bien sûr, une bonne partie du mobilier récupéré sur le terrain a été lavé pendant ces quatre jours, même s’il nous en reste encore à nettoyer. Ce que nous nous emploierons à faire pour le post-fouille, qui sera détaillé dans un prochain article.

Concernant la partie fouille, elle s’est concentrée à l’extérieur de l’église, au niveau de l’abside ouest, reliée autrefois au tepidarium (bassin tiède). Nous avons alors découvert plusieurs briques carrées fixées dans un sol de mortier, ou leurs empreintes, qui appartenaient très probablement à des pilettes ; nous étions donc dans la partie de l’hypocauste située sous le bassin sud du tepidarium. L’abside a été recoupée par deux murs de briques, créant comme une entrée. Une des questions du post-fouille sera de se demander qu’elle était l’utilité de cette ouverture.

Et une dernière sépulture a aussi été découverte à cet endroit ! Elle recouvre un des murs de briques, et est donc postérieure à ce dernier ainsi qu’à l’abside.

Les deux derniers jours, grand nettoyage, afin de prendre les dernières photos générales et avoir une vision d’ensemble de l’intérieur et de l’extérieur de l’église.

Pour finir, l’ensemble du site a été bâché temporairement, pour empêcher au mieux sa dégradation. D’ici quelques semaines, un des sarcophages devrait être extrait pour pouvoir être présenté.

Ensuite, le site sera a nouveau bâché, puis recouvert de terre en ce qui concerne l’extérieur. Cela permettra à la fois de le protéger, et de pouvoir retrouver la limite de fouille si une autre campagne de recherches archéologiques est organisée.

Pierre Péfau


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *