Eglise St-Martin à Moissac

Mis en avant

La thématique de ce carnet concerne la recherche archéologique depuis la fouille jusqu’à l’analyse des données. Il s’agit de constituer un carnet de terrain de l’étude du bâti et des fouilles archéologiques qui vont être conduites autour de l’église Saint-Martin à Moissac. L’intérêt de la présentation de ce site concerne non seulement l’histoire de l’édifice (il s’agit d’une villa antique dont le balnéaire a été transformé en église au Moyen Age), mais aussi le contexte de la recherche puisqu’il s’agit d’explorer un site ayant déjà fait l’objet de plusieurs fouilles, notamment dans les années 1940.

La post-fouille a débuté !

Voilà maintenant un peu plus de deux semaines que le traitement des données a commencé en équipe réduite, l’année universitaire ayant repris. A ce jour, l’ensemble des relevés effectués sur la fouille ont été repris sous Illustrator, de même que la saisie des fiches US sous Archéodata. Pas toujours simple !

Une fois cela fait, les photos des différentes US ont été redimensionnées afin d’être intégrées à la base de données. (11/1500 réalisées à ce jour, on a encore de quoi faire !).

La première semaine a surtout permis de réaliser un grand nettoyage du mobilier restant avec Camille et Marie, mais aujourd’hui, si l’on omet les sépultures, il est presque achevé. Il est vrai que les passants nous regardaient étrangement une fois qu’ils avaient identifié la nature des objets en cour de nettoyage, mais dans le fond nettoyer une mandibule avec une brosse à dent, que peut-il y avoir de plus naturel ?

Le mobilier a ensuite été conditionné, et il ne reste plus qu’à le saisir sous Archéodata. Prochaine étape vendredi afin de trier les pièces pouvant nécessiter une étude de celles qui n’ont pas un siècle.

Pendant ce temps, Pierre se livrait à un petit exercice pratique avec Bastien:

Bastien : « Pierre, as tu déjà réalisé un diagramme de Harris ? »

Pierre : « Un quoi ? »

Bastien : « Très bien puisque c’est toi qui a saisit les fiches US de l’intérieur de l’église, tu te charges de ce secteur, il y a juste une centaine d’unités stratigraphiques ça devrait aller vite, et ça te familiarisera avec cet outil. »

Pour rappel, une vingtaine d’US à traiter peut déjà être relativement… compliqué pour un néophyte. Cette conversation a eu lieu il y a maintenant plus d’une semaine, et Pierre est fier de vous annoncer que le diagramme est presque achevé. (Bon il ne l’a finalement pas fait seul, et il reste juste une petite partie à réaliser sur le moule à cloche, mais nous ne saurions lui en tenir de rigueur…. pour le moment.)

Les journées se passent néanmoins tranquillement au fil des cafés instantanés (A quand la machine nespresso ?) et du rangement de la salle, régulièrement remis à demain devant l’étendu de la tache, le tout ponctué de quelques découvertes pour le moins étranges et quelques problèmes d’enregistrement de terrain !

Julien Sédilleau

 

Fin de la campagne de fouilles

Du 23 au 26 juillet, nous sommes restés en petit groupe afin d’effectuer les derniers relevés,  fouiller les quelques secteurs restants, puis nettoyer les zones de fouille intérieures et extérieures, avant de tout bâcher.

Nous avons dans un premier temps dessiné les pilettes de l’hypocauste situées sous le mur sud du chœur, brique par brique,  non sans mal dans l’obscurité, et le peu d’espace du « couloir » aménagé par les services des Beaux-Arts dans les années 1950. Pour pouvoir circuler dans cette salle, construite pour véhiculer l’air chaud (et non les archéologues), ces derniers avaient dû détruire toute une rangée de pilettes pour pouvoir se frayer un chemin. Il était extrêmement difficile de passer entre deux rangées, situées à environ 40 cm l’une de l’autre.  Nous l’avons donc réemployé pendant la campagne de fouille pour établir un plan de cet hypocauste, et dans les derniers jours pour relever les pilettes, et compléter le relevé du mur sud du chœur, des fondations jusqu’au toit.

Les dessins suivants ont concerné le sol du chœur, la suspensura, sol antique placé au dessus de l’hypocauste.

Bien sûr, une bonne partie du mobilier récupéré sur le terrain a été lavé pendant ces quatre jours, même s’il nous en reste encore à nettoyer. Ce que nous nous emploierons à faire pour le post-fouille, qui sera détaillé dans un prochain article.

Concernant la partie fouille, elle s’est concentrée à l’extérieur de l’église, au niveau de l’abside ouest, reliée autrefois au tepidarium (bassin tiède). Nous avons alors découvert plusieurs briques carrées fixées dans un sol de mortier, ou leurs empreintes, qui appartenaient très probablement à des pilettes ; nous étions donc dans la partie de l’hypocauste située sous le bassin sud du tepidarium. L’abside a été recoupée par deux murs de briques, créant comme une entrée. Une des questions du post-fouille sera de se demander qu’elle était l’utilité de cette ouverture.

Et une dernière sépulture a aussi été découverte à cet endroit ! Elle recouvre un des murs de briques, et est donc postérieure à ce dernier ainsi qu’à l’abside.

Les deux derniers jours, grand nettoyage, afin de prendre les dernières photos générales et avoir une vision d’ensemble de l’intérieur et de l’extérieur de l’église.

Pour finir, l’ensemble du site a été bâché temporairement, pour empêcher au mieux sa dégradation. D’ici quelques semaines, un des sarcophages devrait être extrait pour pouvoir être présenté.

Ensuite, le site sera a nouveau bâché, puis recouvert de terre en ce qui concerne l’extérieur. Cela permettra à la fois de le protéger, et de pouvoir retrouver la limite de fouille si une autre campagne de recherches archéologiques est organisée.

Pierre Péfau

Les vestiges du moule à cloche de l’église

La fouille de la partie ouest de la nef de l’église Saint Martin a permis la mise au jour d’une structure dont l’identification s’est révélée ardue. Cette structure de forme circulaire, d’environ 60 centimètres de diamètre est composée de briques biseautées liées par une argile rouge et fine ; sans trop de conviction, elle avait initialement été qualifiée de « four ».

Cependant, la fouille minutieuse des alentours a fourni de précieux indices : le niveau archéologique sur lequel reposait la structure était parsemée de charbons, de nodules métalliques et de fragments de terre brûlée.

C’est finalement la découverte d’un sédiment de terre charbonneuse, dégagée à proximité, qui a fait toute la lumière sur la véritable nature du « four » : en réalité, un moule à cloches.

 

Il est en effet fréquent de découvrir, lors des fouilles d’églises, des moules à cloches à l’intérieur des édifices . Le coulage d’une cloche comportant des étapes précises, l’organisation des vestiges retrouvés est facilement identifiable d’un point de vue chronologique :

  • Creusement d’une fosse d’une taille proportionnelle à celle de la future cloche ;
  • Installation au fond de cette fosse de la structure interne du moule, en brique ;
  • Recouvrement de ce moule en brique par le moule externe en terre, un espace étant réservé entre les deux moules et une ouverture ménagée au sommet ;
  • Comblement de la fosse ;
  • Coulage du métal en fusion dans l’ouverture au sommet des moules. Le métal utilisé est, sauf de rare exceptions, de l’airain (un alliage de cuivre et d’étain, choisi pour des questions de qualités de la sonorité) ;
  • Déblaiement de la fosse, afin de briser le moule externe puis de libérer la cloche.

Le moule à cloche de l’église Saint-Martin ainsi identifié comme tel, l’organisation de la zone autour de lui peut être réinterprétée d’un œil neuf. L’ébauche de mur composée de deux assises de briques isolant la zone du moule du reste de la nef, d’abord interprétée comme un caveau, est en fait un reste de maçonnerie construite par les ouvrier fondeurs afin de renforcer un côté de la fosse creusée pour couler la cloche. Les nodules métalliques éparpillés autour du moule sont des déchets de fonderie. Les charbons témoignent de l’intense chaleur dégagée lors du coulage de la cloche. Quant au sédiment de terre charbonneuse, il s’agit trés certainement du moule externe, brisé et jeté là par les ouvriers lors du déblaiement de la fosse pour récupérer la cloche refroidie.

Il est relativement difficile de dater ce moule. En effet, les techniques de fonte des cloches sont quasi identiques depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque Moderne. Deux petites monnaies ont été découvertes près du moule à cloche de l’église Saint-Martin, malheureusement rongées par la corrosion et illisibles. Cependant, il est possible d’évaluer la profondeur de la fosse, ce qui donnerait une idée de la hauteur du sol à l’époque ou fut fondue la cloche. Cette indication, qui reste peu précise, ainsi que le diamètre caractéristique de la cloche (un peu plus de soixante centimètre de diamètre) permettent de supposer une datation aux alentours du XVIIIe siècle.

Il serait intéressant de consulter les archives, en quête du document officiel de commande de la (ou des) cloche(s). Une telle découverte permettrait d’affiner la datation de cette structure très partiellement conservée.

Jo JOGUET

Un nouveau caveau dans la nef de l’église ?

À l’intérieur de l’église un probable caveau de briques commence à être mis au jour. Pour le moment, seules deux assises  sont visibles et les contours restent incertains. Ce dernier se situe juste à côté d’un aménagement des Monuments Historiques établi dans les années 1960 pour pomper l’eau de l’hypocauste.

Parallèlement à ce travail de dégagement, il a aussi fallu faire des photographies de trois trous se trouvant près du seuil d’une ancienne porte permettant le passage du frigidarium au caldarium. Leur signification nous étant encore inconnue, cet enregistrement nous permettra de conserver toutes les données utiles à leur future interprétation.

Et dans le chœur, la partie donnant sur les anciens bassins du tepidarium et du caldarium étant achevée d’être fouillée, une série de photographies sous différents angles montrant le travail accompli ces deux dernières semaines et les rapports entre le sol et le bâti.

 

À l’extérieur dans le cimetière, d’une part, une nouvelle limite de secteur a pu être attestée grâce à la fouille minutieuse d’une sépulture par Mathilde, étudiante en Anthropologie biologique. Après les questionnements liés à la stratigraphie, place au démontage raisonné de l’individu. Voici quelques propos recueillis auprès de Mathilde qui nous éclairent quant à la compréhension de cette sépulture et de son contexte : « c’est une sépulture qui a été recoupée. Les os sont plutôt graciles, ce qui pourrait nous faire penser à une femme, mais sans pouvoir l’attester car le bassin est manquant. On a trouvé une épingle au-dessus de la clavicule droite mais aucun clou, et le squelette semble avoir été déposé dans un contenant étroit ou un linceul. Il a été déposé face vers le ciel, puis lors de la décomposition la tête a subi un basculement vers la droite. »

Et d’autre part, le dégagement du mur est du bassin du caldarium a débuté. Une hypothétique sépulture semble avoir été mise au jour. De plus, la limite est de ce bassin a pu être trouvée révélant que le mortier de couleur rouge se poursuit dans cette zone, mais pour l’instant aucune trace du dallage de marbre de ce côté.

Alors que la fin du chantier approche, Saint-Martin semble encore loin d’avoir révélé tout son potentiel…

Marie Buczaga

Des niveaux intacts dans le cimetière ?

Différentes structures ont été dégagées dans la zone de l’ancien cimetière. Elles avaient déjà été découvertes et relevées lors des fouilles des années 40 et 50 mais furent ensuite remblayées. On peut donc à nouveau voir les bassins du caldarium et du tépidarium des anciens thermes romains en forme d’abside. De même, un ancien égout ou aqueduc antique voit de nouveau le jour, ainsi que quatre sarcophages et deux caveaux en bon état. Ceux-ci étaient bien évidemment vides de tout mobilier ou ossements (qui avaient d’ailleurs été retrouvés éparpillés et disloqués dans les couches correspondant aux remblais des anciens fouilleurs…).

Seul un caveau, situé contre l’angle formé par la chapelle et le chœur de l’église contenait au moins 5 à 6 individus dont les ossements pourraient correspondre aux sépultures présentes dans le caveau avant les anciennes fouilles et qui auraient été replacés en vrac lors de son remblai. En effet, elles auraient justement été au nombre de six dont le squelette d’un « pèlerin », accompagné d’un coquillage.

Mais des couches apparemment non perturbées par ces fouilles anciennes ont également été atteintes. Plusieurs sépultures intactes ont été mises au jour dont une située à coté ou sous un sarcophage carolingien à logette pourra donner des indices de chronologie relative. On espère bien évidemment avoir dans les jours qui suivent de nouveaux indices de chronologie ainsi que du mobilier qui permettrait de dater de façon absolue cette zone très perturbée et polluée.

Vincent Gonin-Chevillon

60 ans de décalage et une grosse différence

Photographie prise lors de la campagne d’Armand Viré en 1944. Remarquez le caveau appuyé contre le mur en haut de la photo.

Le même point de vue (ou presque). Une photographie prise ce jour (11 juillet 2012) qui montre, à la place du caveau mentionné plus haut, un sarcophage… Puisqu’il est peu probable qu’il s’agisse d’une structure située sous la caveau photographié en 1944, il faut sans doute en conclure qu’il s’agit d’un sarcophage déposé (déplacé) avant le rebouchage du site en 1949-1950…

Exploration (boueuse) de l’hypocauste

A notre arrivée, l’hypocauste des thermes romains, partie souterraine des bains permettant la chauffe des bassins, était inondé sur une hauteur de 60 cm environ.  Il s’agissait, pour en assurer l’accès, d’évacuer l’eau. Après demande auprès des services municipaux, des pompiers, de l’armée, ce furent les bénévoles de l’association « eau et fontaines » de Moissac qui nous apportèrent l’aide et la pompe nécessaires à la tâche. Après plusieurs heures de pompage le 1er jour, lundi 9 juillet, le niveau avait déjà beaucoup baissé. Mais ce ne fut que le lendemain, après un nouveau pompage suite au relèvement du niveau de l’eau dans la nuit, que l’accès fut tout à fait possible pour permettre une exploration plus précise et le relevé de l’hypocauste.

L’exploration s’est faite en 2 temps : le caldarium – pièce chaude – d’abord, tépidarium – pièce tiède – ensuite. Dans le caldarium,elle a permis de découvrir des extensions de l’hypocauste au-delà des murs de l’église actuelle. Une extension vers le sud, sous le bassin qui a été mis au jour la semaine précédente par les archéologues du secteur 2 ; et une autre extension vers l’est, au-delà d’un arc bouché visible au niveau supérieur. Ces extensions ont permis de confirmer une 1ère hypothèse émise lors de la fouille du niveau de sol actuel de l’église : les emplacements où l’on avait trouvé du marbre plaqué contre les murs correspondaient effectivement aux accès des bassins. Dans l’hypocauste, 2 ouvertures permettent la communication entre le module principal et les extensions des bassins. Dans le tépidarium, une extension semi circulaire  prolonge l’hypocauste vers le nord, au-delà du mur de l’église. Ce mur est marqué par un ressaut sur lequel est plaqué un système de briques creuses très endommagé.

Les relevés n’ont concerné ce jour, mardi 10 juillet, que la partie de l’hypocauste correspondant au caldarium. Les niveau d’eau et l’encombrement de l’espace par la boue n’ont pas permis un relevé complet et extrêmement précis de l’ensemble. Il s’agirait de vider cette partie de l’hypocauste lors d’une campagne future afin de pouvoir établir un plan fiable et dégager l’accès au mur nord. Le plan réalisé a toutefois permis  d’apprécier les nombreuses approximations des plans anciens. De même, il a révélé les décalages dans l’alignement des piles et l’adaptation des alternances aux ouvertures des bassins et la profondeur de ceux-ci. L’hypothèse du foyer situé au nord du mur est n’a pas pu être vérifiée à cause du remblai et des boues à cet endroit. Le plan de la partie du tépidarium sera fait demain. Les principales difficultés des opérations, outre les boues et l’eau résident en la puanteur des lieux et à la hauteur du plafond – 1 m 20 environ.

Julien Foltran

Deux sépultures de l’Epoque moderne : une surprise presque attendue

Dans le secteur méridional de la zone de fouille (secteur 22), deux sépultures ont pu être mises en évidence à une dizaine de centimètres de la surface du sol actuel. Ceci indique que cette zone n’a pas été perturbée par les fouilles des années 1940 : il s’agit donc d’un secteur « en place » susceptible de nous livrer des informations originales.

Après la fouille, nous savons qu’il s’agit de deux individus en décubitus dorsal orientés ouest-est, inhumés dans un contenant de type cercueil. En effet, les clous qui ont été retrouvés autour du squelette témoignent d’un assemblage de planches en bois désormais disparu.  En outre, plusieurs indices taphonomiques (déplacement des ossements après ensevelissement) corroborent cette hypothèse.

Dans la main droite de l’un des individus dont l’état de conservation était assez médiocre, un chapelet a été découvert : il témoigne d’un usage funéraire fréquent et relativement peu ancien. Bien que nous n’ayons pas d’informations précises sur la datation des ces inhumations, il est probable qu’elles datent de la dernière phase d’utilisation du cimetière, à la fin de l’Epoque moderne (17e-18e s.).

Suite de la fin du nettoyage… ouf !

Une fois les secteurs de l’intérieur nettoyés, un carroyage a été mis en place afin de délimiter de nouvelles zones de fouilles, notamment un secteur comprenant des sondages antérieurs et des structures (« latrines », puits) à remettre au jour. Il a fallu évacuer la terre argileuse et l’eau nauséabonde qui les remplissaient afin de pouvoir par la suite s’interroger sur les structures elles-mêmes.

En fin de journée, le nettoyage est en grande partie terminé. Les orages viennent néanmoins assombrir le moral des fouilleurs, l’eau s’infiltrant par la toiture à l’intérieur de l’édifice. Le travail a cependant bien avancé : la comparaison avec l’état initial de l’édifice est frappante.

Bilan du nettoyage de l’intérieur de l’église

Gros nettoyage de l’intérieur de l’église, des murs au sol afin d’enlever la terre, les restes et défections de pigeons et les toiles d’araignée. L’objectif premier était de mieux appréhender les maçonneries et les structures qui affleuraient au sol.

La seconde étape fut la suppression du niveau de piétinement, une phase longue et fastidieuse, mais néanmoins nécessaire. Deux zones de décapages ont été définies : Camille et Julien ont commencé par le choeur de l’église (au dessus de l’hypocauste), tandis que Vincent et Chloé se sont attachés dans un secteur le long du mur occidental. Si la seconde équipe n’a pas encore pu identifier de structures, un mur arasé apparait dans le choeur. Il est possible qu’il s’agisse du mur qui séparait en deux l’hypocauste gallo-romain, entre le tépidarium et le caldarium.

Ce travail ne fut pas toujours facile, en effet l’église étant assez sombre et les niveaux initiaux relativement irréguliers. Après cette tâche quelque peu ingrate, la perspective d’engager la fouille proprement dite est motivante.

Fin du nettoyage de la zone 2

Aujourd’hui à 17h30, le nettoyage de la zone 2 est terminé. Nous prenons les photos générales avant d’engager la fouille demain matin. Il s’agira tout d’abord de terminer de prélever les secteurs contenant des blocs sculptés et des déchets mis en place lors de rebouchage de la zone de fouille à la fin des années 1940.

Nous entreprendrons aussi la fouille de l’intérieur de l’abside occidentale pour l’heure encore occupée par ces remblais récents.

L’équipe arrive sur le site !

L’équipe composé de treize fouilleurs arrive sur le terrain ce lundi matin. Après une visite retraçant l’historique du site et des fouilles antérieures, nous avons divisé l’équipe en deux parties, chacune correspondant à une zone de fouille.

La zone 1 correspond à l’intérieur de l’église : quatre fouilleurs commencent le nettoyage de surface.

La zone 2 correspond à la zone extérieure qui a été décapée à la pelle mécanique. Les neuf autres fouilleurs se concentrent sur un rapide nettoyage et le redressement des coupes.