Les vestiges du moule à cloche de l'église

La fouille de la partie ouest de la nef de l’église Saint Martin a permis la mise au jour d’une structure dont l’identification s’est révélée ardue. Cette structure de forme circulaire, d’environ 60 centimètres de diamètre est composée de briques biseautées liées par une argile rouge et fine ; sans trop de conviction, elle avait initialement été qualifiée de « four ».

Cependant, la fouille minutieuse des alentours a fourni de précieux indices : le niveau archéologique sur lequel reposait la structure était parsemée de charbons, de nodules métalliques et de fragments de terre brûlée.

C’est finalement la découverte d’un sédiment de terre charbonneuse, dégagée à proximité, qui a fait toute la lumière sur la véritable nature du « four » : en réalité, un moule à cloches.

 

Il est en effet fréquent de découvrir, lors des fouilles d’églises, des moules à cloches à l’intérieur des édifices . Le coulage d’une cloche comportant des étapes précises, l’organisation des vestiges retrouvés est facilement identifiable d’un point de vue chronologique :

  • Creusement d’une fosse d’une taille proportionnelle à celle de la future cloche ;
  • Installation au fond de cette fosse de la structure interne du moule, en brique ;
  • Recouvrement de ce moule en brique par le moule externe en terre, un espace étant réservé entre les deux moules et une ouverture ménagée au sommet ;
  • Comblement de la fosse ;
  • Coulage du métal en fusion dans l’ouverture au sommet des moules. Le métal utilisé est, sauf de rare exceptions, de l’airain (un alliage de cuivre et d’étain, choisi pour des questions de qualités de la sonorité) ;
  • Déblaiement de la fosse, afin de briser le moule externe puis de libérer la cloche.

Le moule à cloche de l’église Saint-Martin ainsi identifié comme tel, l’organisation de la zone autour de lui peut être réinterprétée d’un œil neuf. L’ébauche de mur composée de deux assises de briques isolant la zone du moule du reste de la nef, d’abord interprétée comme un caveau, est en fait un reste de maçonnerie construite par les ouvrier fondeurs afin de renforcer un côté de la fosse creusée pour couler la cloche. Les nodules métalliques éparpillés autour du moule sont des déchets de fonderie. Les charbons témoignent de l’intense chaleur dégagée lors du coulage de la cloche. Quant au sédiment de terre charbonneuse, il s’agit trés certainement du moule externe, brisé et jeté là par les ouvriers lors du déblaiement de la fosse pour récupérer la cloche refroidie.

Il est relativement difficile de dater ce moule. En effet, les techniques de fonte des cloches sont quasi identiques depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque Moderne. Deux petites monnaies ont été découvertes près du moule à cloche de l’église Saint-Martin, malheureusement rongées par la corrosion et illisibles. Cependant, il est possible d’évaluer la profondeur de la fosse, ce qui donnerait une idée de la hauteur du sol à l’époque ou fut fondue la cloche. Cette indication, qui reste peu précise, ainsi que le diamètre caractéristique de la cloche (un peu plus de soixante centimètre de diamètre) permettent de supposer une datation aux alentours du XVIIIe siècle.

Il serait intéressant de consulter les archives, en quête du document officiel de commande de la (ou des) cloche(s). Une telle découverte permettrait d’affiner la datation de cette structure très partiellement conservée.

Jo JOGUET


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Billets. Bookmark the permalink.

One Response to Les vestiges du moule à cloche de l'église

  1. Gilles Barrachin says:

    Dans les archives consulaires de Moissac, un seul bail "à fondre trois cloches" daté du 17 janvier 1643, mais sans aucune mention du clocher de destination.
    Analyse de l'acte :
    Bail à faire trois cloches
    Passé entre les consuls de Moissac, noble Pierre de Perry, sieur de Grand-Pred, Jean Caussé, Etienne Delsouc et Jean Bonnet, d’une part, et Nicolas Simon et Jean Lambert, fondeurs de Lorraine, d’autre part.
    Les consuls fourniront les matériaux nécessaires pour fondre trois cloches, l’une de 3 quintaux et les deux autres de 60 et 40 livres. Les fondeurs devront réaliser leur travail sous quinzaine, livrer des cloches « bonnes et bien sonnantes », sous peine de les refaire dans le délai de 15 jours, et recevront 36 livres.
    Le 5 février suivant, quittance donnée aux consuls par les fondeurs de la somme de 36 livres.
    Acte retenu par Drulhe, notaire.
    AM MOISSAC BB 3 fol. 113

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">